© Institut Pastoral Hébron (IPH) - 2017
Institut Pastoral Hébron

À Propos

Centre Évangélique de Formation à Caractère Multifontionnel

HISTORIQUE

Début En   1973,   une   école   biblique   en   français   voit   le   jour   en   Côte   d’Ivoire.   Après   cinq   promotions,   l’école   est   fermée   pour   s’ouvrir   avec   une nouvelle   vision.   Elle   est   dénommée   Centre   de   Formation   Biblique   de   Zuénoula   (CFBZ).   Sa   vocation   est   de   former   tous   ceux   qui veulent    travailler    au    sein    de    l’église.    Très    vite,    la    vision    s’élargit.    La    nécessité    d’une    formation    théologique    et    l’acquisition    de connaissances   générales   s’impose.   L’Assemblée   Générale   de   l’Alliance   des   Eglises   Evangéliques   de   Côte   d’Ivoire   (AEECI)   examine   en 1987   la   possibilité   d’avoir   un   institut   supérieur.   Vers   la   même   période,   l’Eglise   Protestante   Evangélique   (EPE)   du   Burkina   Faso   voit aussi le besoin d’avoir une école biblique en français et s’apprête à aller de l’avant avec ce projet. La naissance de l'IPH En   1988   un   comité,   mis   en   place   par   l’Assemblée   Générale   de   l’AEECI,   propose   la   création   d’un   institut   supérieur.   Une   réunion constitutive   est   organisée   à   Abidjan   en   mars   1990   regroupant   les   églises   et   missions   rattachées   à   la   WEC   au   Burkina   Faso,   en   Côte d’Ivoire,   au   Ghana,   en   Guinée,   au   Sénégal,   au   Zaïre   ainsi   que   deux   représentants   du   Bureau   International   de   la   WEC.   Par   rapport aux   besoins   exprimés,   les   membres   présents   sont   unanimes   à   décider   qu’il   est   urgent   de   conjuguer   les   efforts   en   vue   de   rehausser le   niveau   du   CFBZ   pour   en   un   faire   un   institut   biblique   multifonctionnel   et   inter-étatique.   Cette   mission   est   confiée   à   la   Côte   d’   Ivoire et au Burkina Faso et une commission, chargée de poursuivre les travaux de la consultation, est mise en place. La réalisation Dans   un   premier   temps,   la   commission   sensibilise   les   églises   et   missions   concernées   (Burkina   Faso,   Côte   d’Ivoire).   Assurée   de l’accord   de   ses   deux   pays,   la   commission   se   charge:   de   l’ébauche   des   statuts   et   règlements   intérieurs   de   l’Institut   en   projet,   des démarches   pour   l’obtention   d’un   terrain,   et   de   la   convocation   d’une   assemblée   constitutive   à   laquelle   est   confiée   la   suite   des travaux.   Le   nom   «Institut   Pastoral   Hébron»   (IPH)   est   adopté   par   la   commission   pour   souligner   le   besoin   de   bergers   dans   tous   les domaines   de   l’œuvre   du   Seigneur:   travail   d’évangéliste,   de   pasteur,   d’enseignant,   de   missionnaire,   etc.   Comme   Hébron   a   été   le   lieu de grandes décisions pour la gloire du Seigneur, l’IPH se veut également être un lieu de bénédiction à la gloire de notre Créateur. L'Ouverture L’ouverture   de   l’IPH   a   eu   lieu   le   11   octobre   1992   en   présence   des   représentants   des   autorités   de   la   ville   de   Zuénoula,   des   Eglises   et missions   copropriétaires.   La   vision   devient   réalité,   le   travail   peut   commencer.   Vingt-neuf   étudiants   forment   la   première   promotion de   l’IPH.   Ils   sont   ressortissants   de   cinq   pays   de   l’Afrique   de   l’Ouest:   Le   Bénin,   le   Burkina   Faso,   la   Côte   d’Ivoire,   La   Guinée   et   le Sénégal.   L’année   académique   s’ouvre   avec   un   corps   professoral   de   cinq   personnes   et   sous   la   direction   du   Pasteur   Sié   Daniel Kambou du Burkina Faso.

Vision

Une formation à trois dimensions : 1. Former sur le plan académique (connaissance biblique et culturelle générale) en y incorporant la pratique de divers ministères. 2 . Former   sur   le   plan   technique    (menuiserie,   maçonnerie,   élevage,   agriculture,   mécanique,   dactylographie,   arts   ménagers, informatique) en vue d’offrir aux serviteurs de Dieu la possibilité d’être un « faiseur de tentes ». 3 . Former   sur   le   plan   spirituel    (foi,   vertu,   connaissance,   maîtrise   de   soi,   persévérance,   piété,   fraternité,   amour).   Intégrer   à   la connaissance   académique   et   technique   des   programmes   qui   comportent   des   objectifs   visant   au   développement   spirituel   de l’étudiant et de toute la communauté de l’institut.
Une vision à trois dimensions : 1. Sur le plan dénominationnel : donner une identité ecclésiastique propre avec une vision large sur le monde chrétien. 2. Sur le plan continental : promouvoir une théologie qui prend en compte les réalités existentielles africaines et l’héritage du monde évangélique. 3. Sur le plan mondial : consolider le caractère international de l’institut en vue de faciliter les ministères transculturels.
© Institut Pastoral Hébron (IPH) - 2017
Institut Pastoral Hébron

À Propos

HISTORIQUE

Début En   1973,   une   école   biblique   en   français   voit   le   jour   en   Côte   d’Ivoire.   Après cinq   promotions,   l’école   est   fermée   pour   s’ouvrir   avec   une   nouvelle   vision. Elle   est   dénommée   Centre   de   Formation   Biblique   de   Zuénoula   (CFBZ).   Sa vocation   est   de   former   tous   ceux   qui   veulent   travailler   au   sein   de   l’église.   Très vite,     la     vision     s’élargit.     La     nécessité     d’une     formation     théologique     et l’acquisition   de   connaissances   générales   s’impose.   L’Assemblée   Générale   de l’Alliance   des   Eglises   Evangéliques   de   Côte   d’Ivoire   (AEECI)   examine   en   1987   la possibilité    d’avoir    un    institut    supérieur.    Vers    la    même    période,    l’Eglise Protestante   Evangélique   (EPE)   du   Burkina   Faso   voit   aussi   le   besoin   d’avoir une école biblique en français et s’apprête à aller de l’avant avec ce projet. La naissance de l'IPH En    1988    un    comité,    mis    en    place    par    l’Assemblée    Générale    de    l’AEECI, propose    la    création    d’un    institut    supérieur.    Une    réunion    constitutive    est organisée    à    Abidjan    en    mars    1990    regroupant    les    églises    et    missions rattachées   à   la   WEC   au   Burkina   Faso,   en   Côte   d’Ivoire,   au   Ghana,   en   Guinée, au   Sénégal,   au   Zaïre   ainsi   que   deux   représentants   du   Bureau   International de   la   WEC.   Par   rapport   aux   besoins   exprimés,   les   membres   présents   sont unanimes    à    décider    qu’il    est    urgent    de    conjuguer    les    efforts    en    vue    de rehausser     le     niveau     du     CFBZ     pour     en     un     faire     un     institut     biblique multifonctionnel   et   inter-étatique.   Cette   mission   est   confiée   à   la   Côte   d’   Ivoire et   au   Burkina   Faso   et   une   commission,   chargée   de   poursuivre   les   travaux   de la consultation, est mise en place. La réalisation Dans   un   premier   temps,   la   commission   sensibilise   les   églises   et   missions concernées   (Burkina   Faso,   Côte   d’Ivoire).   Assurée   de   l’accord   de   ses   deux pays,    la    commission    se    charge:    de    l’ébauche    des    statuts    et    règlements intérieurs   de   l’Institut   en   projet,   des   démarches   pour   l’obtention   d’un   terrain, et   de   la   convocation   d’une   assemblée   constitutive   à   laquelle   est   confiée   la suite   des   travaux.   Le   nom   «Institut   Pastoral   Hébron»   (IPH)   est   adopté   par   la commission   pour   souligner   le   besoin   de   bergers   dans   tous   les   domaines   de l’œuvre    du    Seigneur:    travail    d’évangéliste,    de    pasteur,    d’enseignant,    de missionnaire,   etc.   Comme   Hébron   a   été   le   lieu   de   grandes   décisions   pour   la gloire   du   Seigneur,   l’IPH   se   veut   également   être   un   lieu   de   bénédiction   à   la gloire de notre Créateur. L'Ouverture L’ouverture    de    l’IPH    a    eu    lieu    le    11    octobre    1992    en    présence    des représentants   des   autorités   de   la   ville   de   Zuénoula,   des   Eglises   et   missions copropriétaires.   La   vision   devient   réalité,   le   travail   peut   commencer.   Vingt- neuf     étudiants     forment     la     première     promotion     de     l’IPH.     Ils     sont ressortissants   de   cinq   pays   de   l’Afrique   de   l’Ouest:   Le   Bénin,   le   Burkina   Faso, la   Côte   d’Ivoire,   La   Guinée   et   le   Sénégal.   L’année   académique   s’ouvre   avec   un corps    professoral    de    cinq    personnes    et    sous    la    direction    du    Pasteur    Sié Daniel Kambou du Burkina Faso.
Une formation à trois dimensions : 1. Former sur le plan académique (connaissance biblique et culturelle générale) en y incorporant la pratique de divers ministères. 2 . Former    sur    le    plan    technique     (menuiserie,    maçonnerie,    élevage, agriculture,   mécanique,   dactylographie,   arts   ménagers,   informatique) en   vue   d’offrir   aux   serviteurs   de   Dieu   la   possibilité   d’être   un   «   faiseur de tentes ». 3 . Former   sur   le   plan   spirituel    (foi,   vertu,   connaissance,   maîtrise   de   soi, persévérance,    piété,    fraternité,    amour).    Intégrer    à    la    connaissance académique    et    technique    des    programmes    qui    comportent    des objectifs   visant   au   développement   spirituel   de   l’étudiant   et   de   toute   la communauté de l’institut.

Vision

Une vision à trois dimensions : 1. Sur le plan dénominationnel : donner une identité ecclésiastique propre avec une vision large sur le monde chrétien. 2. Sur le plan continental : promouvoir une théologie qui prend en compte les réalités existentielles africaines et l’héritage du monde évangélique. 3. Sur le plan mondial : consolider le caractère international de l’institut en vue de faciliter les ministères transculturels.